(4 avis client)

Zola l’infréquentable

• les MERCREDIS, JEUDIS et VENDREDIS à 21h
• les SAMEDIS à 20h30
• les DIMANCHES à 16h30
Relâches les 24 et 25 décembre

JOURS DE FÊTES : 
• le samedi 31 décembre à 20h30
• le dimanche 1er janvier à 16h30

Durée du spectacle : 1h25

11,0032,00 TTC

Effacer

* Abonné et Jeune -26 ans : merci de présenter un justificatif au théâtre.

Le 5 janvier 1895, Émile Zola dîne, comme à l’accoutumée, chez son ami Alphonse Daudet. Le fils de ce dernier, Léon Daudet, pamphlétaire nationaliste et antisémite, rentre de l’École Militaire où il vient d’assister à la dégradation du capitaine Dreyfus, événement qu’il couvre pour Le Figaro.

Son article est prêt. Il en donne un résumé ignominieux. Zola s'indigne.

De cette confrontation, Émile Zola ressort transfiguré. Il décide alors de se lancer dans ce qui devient déjà « l’Affaire ».

C’est ce soir-là que tout a commencé.

Texte et mise en scène : Didier CARON

Distribution : Pierre AZÉMA et Bruno PAVIOT

Créateur lumières : Denis SCHLEPP
Costumes : Mélisande de SERRES
Scénographe : Capucine GROU-RADENEZ
Perruques : Vincenzo FERRANTE

NOTE DE L'AUTEUR

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur Émile Zola.
Que pouvait-on rajouter, au portrait de l’illustre auteur et homme remarquable, qui n’ait été prononcé ?

En cela, la vision de Léon Daudet, pamphlétaire peu recommandable et romancier médiocre, contemporain d’Émile Zola, représentait un éclairage captivant : grâce à la renommée de son père, Daudet fils côtoya les grands noms de l’époque qui étaient reçus dans la demeure familiale. Daudet décrivit dans ses ouvrages, notamment dans ses Souvenirs des milieux littéraires et artistiques et médicaux, des anecdotes au plus près de ce qu’il avait réellement vécu avec Émile Zola. Les deux hommes ne s’appréciaient guère et, ce qui était intéressant dans la vision de Daudet fils et qu’il faut pondérer vu le pedigree détestable de l’individu, c’est l’image d’un Zola peut-être moins lisse, moins grandiose et plus humaine, avec ses qualités et ses défauts, que celle traditionnellement véhiculée.

Grâce aussi à d’autres informations de respectables biographes de Zola, il m’a été permis de modeler une image moins consensuelle de l’auteur de Germinal, tout en ne niant évidemment pas la grandeur de l’homme qu’il fut, mais en y apportant quelques nuances dans ses motivations, ses actions, voire sa sincérité notamment dans l’Affaire Dreyfus.

J’ai souhaité esquisser un portrait plus ambivalent d’Émile Zola à travers cette relation véridique et conflictuelle avec Léon Daudet.

L’autre motivation pour écrire "Zola l’infréquentable" était, hélas, l’extraordinaire similitude avec ce que notre époque traverse toujours maintenant, cet antisémitisme virulent qui n’a jamais disparu et qui était toléré, admis au grand jour en cette fin de XIXème siècle et auquel Zola s’est courageusement opposé.

Parler d’hier, c’était aussi parler d’aujourd’hui.

Zola était infréquentable pour ceux qui le détestaient à l’époque, et Dieu sait si Léon Daudet en faisait partie, néanmoins il restera comme l’un de nos plus grands romanciers et un homme rempli de courage, défenseur de la vérité, "un moment de la conscience humaine" comme le dira Anatole France. Un homme à qui l’on refusa injustement l’entrée à l’Académie Française, mais un homme avec ses failles, ses parts d’ombre et la complexité humaine qui anime chacun d’entre nous.

4 avis pour Zola l’infréquentable

  1. Thierry BONNERUE

    Amateurs ou passionnés d’Histoire et /ou de littérature du XIXème siècle, courrez voir cette pièce jouée dans un théâtre intimiste ou l’on est fort bien accueilli.
    Pendant une heure et demie, les deux comédiens se livrent à une remarquable prestation sur fond d’antagonisme de pensées.
    Bruno PAVIOT incarne et joue à la perfection un Léon DAUDET dégoulinant de fiel antisémite et provocateur au possible qui parvient toutefois à nous émouvoir et nous peiner cinq minutes lorsque, défait, il annonce la mort de son père à son interlocuteur.
    Pierre AZEMA, lui, endosse remarquablement la personnalité d’Emile ZOLA, tantôt pétri d’humanisme, pérorant ses convictions avec acharnement, force et colère, tantôt infatué de ses succès littéraires et de sa position sociale et même affaibli par les déboires de sa vie conjugale dissolue.
    Les dialogues et répliques sont affûtés tel un sabre japonais et fusent sans temps mort en touchant à chaque fois leur cible. On alterne entre sourire, tristesse et indignation.
    Le jeu actif des acteurs et la mise en scène réglée comme une horloge suisse donnent un dynamisme à la fois bienvenu et agréable.
    Un grand merci à Didier CARON pour avoir crée cette pièce qui apporte un regard insolite sur cette période trouble qu’est l’Affaire Dreyfus.
    Merci également à la production et aux costumiers pour ce bond si savoureux dans le passé.
    Passionné d’Emile ZOLA depuis plus de trente ans, je me devais d’aller voir ce spectacle et je ne regrette pas un instant mon choix et ma soirée.

    Thierry BONNERUE

    P.S : Un immense merci aux comédiens pour avoir pris le temps de me dédicacer le livret du texte de la pièce et de répondre à mes questions à leur sortie. Encore une fois, messieurs, je m’incline, chapeau bas !

  2. Lacoste

    Deux acteurs au top de leur forme, un texte permettant une joute à fleuret non moucheté, une polémique encore présente 125 ans plus tard…bref : épatant !

  3. Stéphanie Berthou

    Un décor minimaliste et intimiste qui laisse toute ampleur aux acteurs et aux textes; un éclairage inspiré, pertinent et impertinent de l’Affaire, avec un grand A mais pas seulement !

    Pierre Soulages aurait pu teinter de cet outrenoir (dont lui seul détenait le secret) ce duo, ce duel, cette joute verbale quasi tribale tant elle fait saillir les blessures profondes, les cicatrices encore à vif d’une société qui souffre encore de ces maux dits : « antisémitisme », « radicalisme », « ostracisme ».

    Ce tandem restitue avec subtilité l’ambivalence de ces deux personnages : Zola l’écrivain, l’homme, l’amant, le héros, l’insurgé du célèbre « J’accuse »et Daudet…Léon, fils de l’ombre, pamphlétaire pernicieux, en quête de reconnaissance

    Nous n’avons pas manqué de nous délecter de leur joute oratoire , de savourer le fiel, lâché ci et là, des répliques . Nous nous sommes délectés de l’écoute complice de soliloques croustillants et sommes restés cois devant les embardées et les voltes face de ces deux personnages.

    Si l’un est devenu infréquentable, nous ne sommes pas parvenus à trouver l’autre complètement détestable…

    La plume de Didier Caron est décidément bien agile, aiguisée, précise.

    Pierre Azema nous propose un Zola incroyablement crédible et incarné…

    Quant à Bruno Paviot : bravo, nous vous découvrons et avons même trouvé votre personnage attendrissant ( bien que « détestable »… évidemment !!)

    Pour conclure : il fait bon fréquenter les bancs du théâtre de la contrescarpe jusqu’au 13 janvier !!

  4. Damien

    Sublime, pierre Azéma au meilleur de son art.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La presse parle de "ZOLA L'INFRÉQUENTABLE"

CRITIQUES THÉÂTRES PARIS “Les deux acteurs sur scène (Pierre Azéma et Bruno Paviot) jouent parfaitement les deux hommes et on les écoute sans voir le temps passer. Allez voir cette pièce sans attendre en famille (avec des jeunes) et/ou avec des amis, vous ne serez pas déçus.” Lire l’article

ACTUALITÉ JUIVE “Un texte fort intense d’une magnifique langue tout en finesse, portée par le jeu de comédiens éblouissants : Pierre Azéma incarnant un Zola bouillonnant et Bruno Paviot, un Daudet sournois et détestable. À voir !

SINGULAR’S “La pièce tirée au cordeau tient sa force d’un verbe haut et ciselé et d’une mise en scène rythmée jusqu’à l’article « J’accuse ». Le talent des deux comédiens Pierre Azéma et Bruno Paviot en incarnant brillamment les deux protagonistes rend très actuelle cette joute vitale entre le courage humaniste et l’antisémitisme viscéral…” Lire l’article

DE LA COUR AU JARDIN “Incarnant ces deux figures littéraires, les magistraux Pierre Azéma et Bruno Paviot vont nous donner une grande leçon de jeu et d’interprétation. C’est un grand moment de théâtre.” Lire l’article

L’INFO TOUT COURT “Une pièce historique et néanmoins très contemporaine, excellente à bien des titres. Pierre Azéma & Bruno Paviot forment un duo d’une efficacité absolument redoutable. On reste suspendu au texte plein de finesse, d’habileté et d’intelligence de Didier Caron…” Lire l’article

LA GRANDE PARADE “La confrontation, entre deux pensées (humanisme, intolérance), est admirablement rendue par deux comédiens de talent. Une pièce utile où se mêlent humour, rires et réflexion profonde sur l’essence même de l’être humain.” Lire l’article

DMPVD “Durant 1h15, dans un face-à-face détonant, Émile Zola sous les traits de Pierre Azéma, et Bruno Paviot de Léon Daudet, vont se confronter dès la première minute dans une joute verbale incisive et littéraire de haute volée.” Lire l’article

AU BALCON “Grâce à une écriture intelligente, rythmée et efficace, Didier Caron – qui nous avait déjà régalé avec “Fausse note” – nous dévoile une facette de Zola que nous connaissons peu et nous invite dans son intimité. Pour raconter cet épisode de la vie du grand auteur, deux comédiens magnifiques nous offrent une joute verbale passionnante.” Lire l’article

SÉSAME EVENTS “Un éclairage inspiré, pertinent et impertinent de l’Affaire, avec un grand A mais pas seulement !
Ce tandem restitue avec subtilité l’ambivalence de ces deux personnages… La plume de Didier Caron est décidément bien agile, aiguisée, précise.” Lire l’article

TOPTOPIC “Malgré le sujet, les bons mots fusent, et les piques sont des estocades verbales au vocabulaire qu’il fait bon entendre. Les deux interprètes, Pierre Azéma (Zola) et Bruno Paviot (Daudet) sont incroyables de justesse, de maîtrise et de profondeur.” Lire la chronique Instagram de @toptopicleblogparis

L’HISTOIRE “La pièce suit avec justesse l’évolution des deux protagonistes, incarnés avec force par Pierre Azéma (Zola) et Bruno Paviot (Daudet). Lire l’article

À VOIR À LIRE ⭐ ⭐ ⭐ ⭐ ⭐ “Entre perfidie et philanthropie, Didier Caron nous plonge dans un duel verbal où la haine de la différence s’oppose à la défense de la justice et de la vérité. S’appuyant sur des dialogues aussi rebondissants qu’un jeu de ping-pong, il parsème son texte d’humour et de piques bien senties pour offrir au spectateur subjugué un regard inédit sur L’affaire Dreyfus.” Lire l’article

THÉÂTRE PASSION “Didier Caron a signé une page d’Histoire importante et nécessaire, sa mise en scène est puissante, et quels merveilleux comédiens que Pierre Azéma et Bruno Paviot. Ils sont parfaitement ancrés dans leurs personnages et leurs joutes verbales sont un délice !” Lire l’article

LE FIGARO “Le dramaturge Didier Caron a brillamment mis en scène cette violente confrontation qui changera la vie du second (Emile Zola), indigné par les sordides propos antisémites du premier.
Les deux acteurs sont efficaces sous leur chapeau claque : Bruno Paviot cherche un peu d’humanité dans Daudet l’énervé duelliste antisémite ; Pierre Azéma de la force dans le corps épuisé et le cœur bien placé de Zola. “

ELEM BLOG “C’est plus qu’une pièce, un duo, un duel, entre deux comédiens investis des passions des célèbres personnages qu’ils incarnent.” Lire l’article

JEAN-LUC JEENER pour VALEURS ACTUELLES “Elle est vraiment intéressante, la pièce de Didier Caron. Le spectacle est déjà comme cela très plaisant. Le mérite en revient aussi aux deux comédiens, Pierre Azéma et Bruno Paviot, qui sont tout simplement excellents.” 

ZENITUDE PROFONDE ” Didier Caron, fidèle à son habituel talent, signe une parfaite mise en scène. La pièce est portée par deux excellents comédiens : Pierre Azéma (Émile Zola) et Bruno Paviot (Léon Daudet). Ils parviennent à tenir le public en haleine pendant la durée de cette joute verbale qui dévoile les sentiments profonds des deux hommes.” Lire l’article

THÉÂTRE AND CO “On est happé par la teneur mordante de Zola l’infréquentable écrite dans une langue élégante du XIXe siècle. Brillamment écrite, brillamment interprétée… Zola l’infréquentable est un grand moment de théâtre.” Lire l’article

CHRONIQUE INSTAGRAM de @cathy_lit_et_sort_aussi “Diverses confrontations vont avoir lieu durant les quelques années que recouvrent la pièce, beaucoup d’humour, beaucoup de piques, beaucoup de beaux mots. On passe un excellent moment avec un rappel de l’histoire littéraire en prime. Bravo pour tout !”

LE PETIT MONDE DE NATIE AK “Du fait de l’attrait historique et du jeu des comédiens, Zola l’infréquentable est une pièce qu’on aura plaisir à découvrir en famille avec des adolescents.” Lire l’article

ARTS-CHIPELS “Deux comédiens épatants dans un dialogue savoureux. Pierre Azéma montre un Zola à la fois fort et faible (…) Son duo avec Bruno Paviot en Léon Daudet, coq méprisant dans la basse-cour de sa caste, est sarcastique à souhait.” Lire l’article

BLOG DE PHACO “Huis-clos puissant et historique, jeu éloquent des deux comédiens, excellent spectacle…” Lire l’article

ARTS CULTURE ÉVASIONS “Cette magnifique pièce de Didier Caron met en scène une joute oratoire entre ces deux hommes qui se détestent. L’écriture est superbe, servie par une scénographie subtile qui met en valeur la puissance des échanges.” Lire l’article

FROGGY’S DELIGHT “Didier Caron a conçu une partition à l’écriture peaufinée et aux dialogues percutants. La sagace mise en scène sobre de Didier Caron repose sur le métier et le talent émérites des interprètes justement distribués. Pierre Azéma incarne parfaitement le bouillonnant latin Zola défendant avec force emportements les principes humanistes face à Bruno Paviot magistral dans le rôle de Léon Daudet qui n’intervient pas comme simple faire-valoir car, de fait, la pièce dresse deux profils en miroir.” Lire l’article

COUP DE THÉÂTRE “La talentueuse interprétation de Pierre Azéma et Bruno Paviot nous plonge dans le vif de cette fin du XIXe siècle si agitée politiquement. La mise en scène par sa sobriété donne plus de force aux débats idéologiques comme au déroulé des évènements. Le tout est d’un grand intérêt historique et sociologique.” Lire l’article

CLASSIQUE EN PROVENCE “Un Zola magistral, une leçon pour aujourd’hui encore. Pierre Azéma incarne magistralement un Zola touchant dans son humanité. Bruno Paviot interprète quant à lui, avec beaucoup de talent, un Léon Daudet cynique, sûr de lui jusqu’à l’arrogance… Une pièce remarquable à voir absolument.” Lire l’article

ART SCÈNE.RADIO “Didier Caron revient avec un huit clos puissant et éloquent entre Émile Zola incarné par un comédien charismatique, le talentueux Pierre Azéma et Léon Daudet, rôle interprété quant à lui par l’excellent Bruno Paviot. Un duo, un duel, une joute oratoire d’un niveau exceptionnel, qui, au-delà du fait historique nous rappelle la richesse et la subtilité de la langue française même dans les échanges les plus féroces les plus vifs et les plus âpres.” Lire l’article

Découvrez nos spectacles…

No Products Found

We couldn't find any products that match your filtering criteria.

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]